top of page

DES ENTREPRENEURS AFRO-CANADIENS EXPLORENT L’INVESTISSEMENT AU BURUNDI

Une première rencontre avec le Secrétaire permanent du ministère des affaires étrangères


Actualité Par Négritude magazine

Une photo prise après la première rencontre de la mission d'investissement et de développement avec le le Secrétaire permanent du ministère des affaires étrangères du Burundi, Ferdinand Bashikako au centre.



Une délégation de chefs d’entreprises afro-canadiennes sera au Burundi du 13 au 22 novembre 2022 pour explorer l’investissement et le développement des affaires, entre les deux pays. Peggy Civil, propriétaire de l’agence Civil Communication, partenaire de cette mission, explique qu’elle vise à examiner les possibilités d’investissements et d’entrepreneuriat au Burundi.


Lors d’une première rencontre avec le Secrétaire permanent du ministère des affaires étrangères du Burundi, Ferdinand Bashikako, il a été question de : présenter d’une part les opportunités d’affaires qui s’offrent aux potentiels investisseurs canadiens et d’autre part d’étudier les besoins en communications du Burundi auprès des pays du nord, afin de proposer une stratégie de communication efficace pour rejoindre les futurs investisseurs et entrepreneurs canadiens qui désirent établir leurs projets dans le pays.


« C’est une belle occasion pour mon équipe et moi de découvrir ce beau pays qui a tant à offrir. Nous avons tous très hâte de rencontrer les personnes-ressources et d’en apprendre plus sur le Burundi et ses occasions d’affaires. » a affirmé Peggy Civil.


Le Burundi est un pays qui regorge de ressources naturelles et minières comme le cobalt. La culture du café est une activité agricole « qui est très en demande et qu’ils aimeraient beaucoup exporter au Canada », a expliqué Peggy Civil. Le pays est également doté de plusieurs parcs, espaces naturels et sites historiques qui enrichissent son économie touristique.


Madame Civil explique : « C’est clair que plusieurs opportunités d’affaires s’offrent aux Canadiens qui désirent investir au Burundi. Le Burundi est peut-être en voie de développement, mais on s’aperçoit rapidement une fois sur les lieux de la richesse culturelle et de ressources. Et c’est pour ça que nous sommes là cette semaine, pour découvrir ce potentiel et trouver une façon de le développer. »

D’après les informations recueillies sur le site d’Affaires mondiales Canada, le commerce entre les deux pays serait chiffré à 2,1 millions de dollars : 1,5 million de dollars de marchandises exportées vers le Burundi et 520 376 $ importés au Canada soient, des produits végétaux et des textiles.


De cette première rencontre avec le Secrétaire permanent du ministère des Affaires étrangères du Burundi, il en ressort que le pays propose plusieurs occasions d’affaires, minières, agricoles et touristiques. Cependant, le pays fait face à des enjeux de communications et donc désire s’ouvrir davantage aux médias pour mieux faire rayonner son potentiel.


D’ici la fin de cette mission Peggy Civil aura l’occasion d’interviewer son excellence Évariste Ndayishimiye, Président de la République du Burundi, sur les possibilités d’investissements stratégiques avec le Canada et les stratégies de communication à prioriser pour favoriser le rayonnement du Burundi en outre-mer.

La directrice générale de l'agence Civil Communication est accompgnée de Jean Stevenson Louis et Miriam Faraja pour cette mission. Luc Thermonvil, président du « Ottawa Black Business Alliance » et Sereine Marie NK, fondatrice, et présidente de la chambre de commerce et de l’industrie burundaise canadienne, font également partir de la cohorte.



댓글


bottom of page